A mes deux amours…


A mes bébés, mes amours, mes petits gars,
Si vous saviez a quel point je souffre de votre absence,
A quel point je vous aime, oh oui je vous aime a en crever,
J’aurai tout donné pour vous serrer dans mes bras, vous embrasser, vous entendre pleurer,
Après tant d’années de galères, j’étais si heureuse de savoir que vous étiez la dans mon ventre en train de grandir, de grossir, c’était un miracle pour nous et je savais enfin ce que le mot « heureuse » signifiait et ça c’était grâce à vous deux…
Je revivais enfin et j’avais hâte de faire votre connaissance, oh oui tellement hâte, de savoir a qui vous allez ressembler, tellement hâte et si stressée à chaque écho, mais on c’était dit que rien ne pourrait nous arriver, qu’on en avait assez bavé et qu’on avait le droit d’être enfin heureux !!!!
On avait tout prévu pour votre arrivée, tout, de la déco de la chambre à vos vêtements, on était trop heureux….
Ha il m’en fallut du temps pour accepter le fait que j’allais avoir deux bébés a m’occuper, et quelle angoisse, j’étais morte de trouille de ne pas savoir faire, moi l’incompétente en matière de bébé, mais si heureuse et épanouie grâce a vous et au fait que nous allions enfin être une famille, puis je savais que votre papa, lui assurerait comme un roi, ha ça j’en ai jamais douté et je n’en douterai jamais, il était si heureux et comblé….
Comme si on en avait pas assez bavé, la vie s’acharne encore sur nous, pourquoi, je ne le saurai jamais, tout ce qu’il me reste a espérer aujourd’hui c’est qu’un jour on se retrouvera tous la haut !!!! c’est la plus belle chose que je puisse rêver ….grâce a vous, j’aurai vécu 22 semaines et 6 jours en votre compagnie et j’aurai ressenti tout l’amour que peut ressentir une femme enceinte, une maman….
Je vous aime tant !!!!

7 réflexions sur « A mes deux amours… »

  1. Merci Lulu pour ton soutien, je n’aurai jamais cru que la vie pouvait être si cruelle…. Tous les jours je me demande ce qu’on a fait pour mériter ça…

    1. En parlant d e cruauté de la vie, je viens d’apprendre le décès du mari d’une PMette (en parcours de don) ce matin-même (écho officielle des 12 SA prévue la semaine prochaine, je ne sais pas comment elle va faire…).
      La vie est si cruelle, oui, parfois… Aussi cruelle qu’elle peut aussi être belle.
      De tout mon coeur, Zabou, je vous souhaite que cette douleur s’allège avec le temps. Je t’embrasse bien fort.

      1. C’est affreux comme je la plains…alors qu’ils auraient pu être si heureux tous les 3, je ne comprends pas pourquoi la vie s’acharne autant sur certains alors que d’autre nage dans le bonheur ….dans mon malheur je me dis justement qu’heureusement que j’ai mon mari, je ne sais pas ce que je ferais sans lui ….

Répondre à Lulu Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.