le retour à la maison

Clip de Marie Denise Pelletier – berceuse pour un ange.

Le retour a la maison fut extrêmement difficile, et la première chose que je fis, ce fut d’aller voir la chambre des bébés, maman avait retiré les lits et avait retiré dans le salon le parc que ma soeur nous avait donné, leur vêtements que j’avais acheté d’une copine venue a la maison 3 jours auparavant puis ceux récoltés par la famille, du coup on en avait des cartons d’habits rien que pour eux, j’avais commandé sur le net 90 bodys, 90 pyjamas aussi de tous âges du fils d’une collègue a ma mère, heureusement la commande n’était pas parti…enfin tout ça pour dire que même si j’avais mis du temps a accepter qu’ils soit deux, beaucoup de temps je dois reconnaître car j’avais si peur de ne pas à arriver à gérer deux bébés, le côté financier et tout ça, je m’en veux tiens alors qu’aujourd’hui je rêverai de les avoir près de moi, contre moi, les serrer dans mes bras, les embrasser, les entendre pleurer, faire des nuits blanches pour les admirer, stresser aussi, je rêverai de tout ça. ..

Tout était prêt pour mes petits anges, ça me rassurait, la semaine d’avant nous avions même été a la caf avec chéri se renseigner pour que je puisse prendre un congés parental de 3 ans…sans compter nos nombreuses visites chez Aubert pour les futurs achats ou cheri questionnait les vendeuses, il avait fait un fichier excel ou nous avions noté tout ce dont nous avions besoin pour leur confort et pour ne rien oublier (le nombre de biberons à acheter, le chauffe biberon bebea, le domoo, nous en avions déjà récupérer un, les sièges auto isofix confettis et la fameuse pousette mac larens) notre adhésion chez jumeaux et plus, on avait décidé de se séparer de notre fiesta pour un grand scenic d’occasion ben oui il nous en fallait de la place avec nos deux bébés et notre labratoutou alors on a prit un crédit et la, il aura fallu de quelques heures pour que tout s’envole, la maison nous semblait si vide, si triste, moi avec ce ventre qui me dégoute tant et seule sans mes petits….

Lorsqu’une femme accouche c’est pour donner la vie et moi je leur ai donné la mort, si je n’avais pas eu cette béance du col suivit de cette maudite infection, nos petits loups seraient encore dans mon ventre a grandir et grossir, ils allaient si bien et je les ai tués, c’est horrible et toute ma vie je vivrai avec ça, deux jours auparavant j’ai entendu leur coeur et le jour même de l’accouchement, Gabriel bougeait dans mon ventre, j’aimais voir mon ventre se déformer, c’est magique même si je dois avouer que la première fois j’ai pris peur, je me demandais ce qu’il se passait vu qu’à chacun de ses mouvements, ça me provoquait une grosse contraction que je savais quand il bougeait et je regardais mon ventre, la plupart du temps il se positionnait à droite…. sans parler des obsèques, avec du recul, j’aurai aimé leur organiser leur obsèques et les savoir près de moi, avoir un lieu où me recueillir et je sais que j’y aurais été chaque jour, je sais que ça aurait été affreux mais nous n’avions que 10 jours pour nous décidés a partir du jour de leur décès et nous étions si effondrés, qu’on ne pouvait même pas raisonner normalement et nous avons laissé faire l’hôpital, je m’en veux, ma soeur me dit que ce n’est pas ça qui compte, que c’est de penser a eux, que c’est dans le coeur que ça se passe….je pense que dans ces situations la, on cogite, cogite et on s’en veut de beaucoup de choses….ça fera 3 semaines que c’est arrivé demain et je ne vois pas d’amélioration, que ce soit physique ( toujours ces douleurs dans l’utérus mais ça ce n’est rien du tout) et moral ou toutes les secondes je pense a eux, perdu l’envie de sortir, de voir des gens….ça m’énerve même tous ces gens heureux et nous si triste….Je ne suis bien que chez moi, nos bébés tant attendus, si désirés et envolés si vite, tous les jours je me demande ce que nous avons fais pour mériter ça, pourquoi tant d’espoir pour mes les retirer si vite….et Après on me dit qu’il y a un Dieu, eh ben il a du nous oublier….

Notre première sortie fut pour aller au labo pour une prise de sang vu que l’infection était toujours la mais on m’avait laissé sortir ….a peine assis qu’on avait en face à nous une femme enceinte, comme je l’ai envié, pourquoi on m’a retiré mes petits…et sur le coté des parents avec un gosse et un tout petit bébé, c’était affreux de rester la, à les regarder, a les envier….puis on m’appela, je suis tombée sur le biologiste et monsieur était curieux, me demanda pourquoi cette prise de sang, je lui dis que c’était suite a une hospitalisation, il me demanda pourquoi, je n’avais pas envie de lui répondre, qu’est ce que ça pouvait bien lui faire a lui, hein, comme si je ne souffrais pas assez comme ça ….devant son insistance, je lui dis que j’étais enceinte mais que j’avais perdu mes bébés et je me suis mise a pleurer….il me demanda a quel terme et bla bla et me raconta que sa femme avait fait deux fc et que maintenant il avait deux enfants, ceux a quoi je lui répondis oui mais moi je dois passer par la pma….Depuis je ne sors que très peu et qu’avec mon homme car je me dis que lui seul me comprend, car on vit la même chose, la même peine….La seule trace physique qui me reste depuis cette hospitalisation ce sont les bleus sur mes bras, mains dû aux nombreuses prise de sang et pose de perf à quatre reprises qui se sont bien estompés, ceux sur les cuisses dû au piqûres de phlébites et la plus douloureuse le trait vertical sur mon ventre qui tarde à partir…

4 réflexions sur « le retour à la maison »

  1. C’est tellement un enfer ce que tu vis là…
    Je n’ai pas su quoi écrire sur ton précédent post, et je ne trouve pas les mots cette fois encore…
    Je voulais juste que tu saches que je pense à toi.
    Bisous

  2. Je n’ai pas de mot et je ne peux pas imaginer la douleur que tu ressens, mais je t’envoie pleins de pensées et de bisous. J’espère qu’avec le temps tu iras mieux. <3

Répondre à Titine7831 Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.