Les autres et leur remarque…

La cadre des sages femme nous avait dit qu’on passerait par plusieurs phases….celle ou on se demande ce qu’on a fait pour mériter cette souffrance, je suis encore dans cette étape, celle ou il faudrait affronter le monde extérieur, j’ai commencé celle ci aussi, et c’est phase est insupportable, supporter tous ces gens, ces femmes enceintes que je déteste ( pas celles qui ont galéré hein, je ne suis pas si aigrie), les nouveaux nés me brisent le coeur, je me dis que je ne saurais jamais comment les miens auraient été que ce soit physiquement ou moralement, à qui ils auraient ressemblé, c’est horrible, rester dans le flou a jamais…

Puis je ne supporte plus les réflexions de certaines personnes, de toute façon je ne supporte rien, je suis d’humeur massacrante et a part rester chez moi dans mon canap’ a regarder ces programmes tv pourri et a surfer sur le net….
Revenons sur les réflexions des gens alors quand c’est la famille, rien ne passe, mais alors rien, un mot et la je ne pardonne rien, alors la palme revient a :

– Belle maman qui a sorti a chéri il y a une bonne semaine, soit une dizaine de jours après le décès de nos bébés  » faut positiver ! » heureusement que c’était par tel, que je n’étais pas la car la je me serai défouler et la forcément j’aurai été très méchante, comment peut on sortir de telles conneries ? comment peut on positiver quand on a perdu nos deux bébés si désirés depuis 3 ans, si attendu, je rêve, ça me rend dingue….comment peut on osé dire cela….ha c’est sur depuis le début de la grossesse il faut positiver, ben oui je pense qu’elle a oublié le passage de ma première fausse couche, du coup ils nous ont ramené le lit que je leur avait réclamé a peine a 3 mois de grossesse ( et ils ont mal pris, quand ils ont vu qu’on a fait la gueule avec chéri) et quand je leur expliquais que quand c’est une grossesse gémellaire, on accouche généralement a 8 mois, mais non qu’ils m’mont sorti, faut positiver, merde je leur ferai bouffer le  » faut positiver  » même si ma mère me dit que ce n’est pas méchant mais que c’est maladroit, je le sais au fond de moi mais ça me rend dingue quand même, comment peut on positiver après un tel drame, je rêve encore ou alors j’ai adoré aussi quand elle a dit a mon homme que la fille de son oncle attendait des jujus et qu’il avait peur qu’il lui arrive la même chose, je ne lui souhaite pas de mal a cette fille mais comme lui a dit mon chéri la poisse c’est nous, pas les autres ….pis pourquoi nous dire qu’elle attend des jumeaux, ça a finit de m’achever, me dire que elle, les auras dans ses bras et que les miens ne sont plus de ce monde, qu’ils sont au cimetière, enfin tout un tas de réflexions qui me rendent irritable, désagréable….

– number two de la connerie, ma soeur : oui oui ma propre soeur qui l’aurait cru un jour, alors elle c’est pareil déjà quand j’étais dans ma période essai couette, plusieurs fois et sans s’en rendre compte elle a sorti « oui moi en un coup, hop ça a prit » c’est pas la seule a me l’avoir sorti ce genre de réflexions mais venant d’elle pfff ça fait mal, quand je lui ai ressorti ça il y a plusieurs mois, elle me dit que non, qu’elle ne m’avait pas dit ça quand elle a apprit pour mon infertilité, mais bien sur j’ai rêvé….mais le pompom depuis 3 semaines, je ne sors que très peu, pas envie de parler, de voir des gens….et j’ai fais l’effort d’aller chez elle et elle nous raconte son après midi avec une cousine, et elle me dit « oui on s’est dit qu’avec Sophie, si on avait un bébé (par accident), on le garderait… » ben oui pourquoi s’en priver hein, allez vas y remet le sujet sur les bébés ben oui puis rappelle moi que moi je suis une infertile et qu’un bébé miracle ne pourra arriver et qu’en plus moi je ne suis pas foutu de leur donner la vie, super donc voila je sais que c’est moi qui brode autour mais elle n’avait pas besoin de parler de bébé, merde elle est cloche ou quoi, comme je dis a ma mère qu’elle s’imagine une fois dans sa vie, ce qu’aurai pu être sa vie, si sa fille était née sans vie, non mais je viens de perdre mes deux amours, ceux qui aurait fait que ma vie aurait enfin eu un sens….et elle ose me parler de ça maintenant, bref je crois qu’un fossé nous sépare et ça me déçois a un point et que je ne suis pas prête de la revoir, moralité vu mon état mieux vaut que je reste tranquille chez moi….Et quand elle m’appelle et que je suis en larmes, la elle ne fait que de me sortir d’aller voir un psy, c’est sûre ça ne me ferait pas de mal d’en voir une, mais ce n’est pas ça que j’attend de sa part j’en suis consciente mais j’ai l’impression qu’on ne se comprend vraiment plus.

number trois : ma belle soeur, oups elle a rien dit de mal, suis je bête, puisque nous n’avons pas eu signe de vie de sa part il y a bien des mois, même pas un sms pour son frère pour lui dire qu’elle pensait a nous ou qu’elle nous souhaitait bon courage, non non rien, nada !!!! inutile de préciser qu’elle était au courant de la situation…

La seule qui me comprend et qui ne fait pas de gaffe c’est ma mère, peut être parce que je suis née a 6 mois il y aura bientôt 35 ans, et que dès ma naissance, les sages femmes lui ont demandé leur religion au cas ou ….qu’elle ne m’a pas vu à ma naissance, que je suis parti direct a clamart en hélico et que pendant des mois elle ne savait pas si j’allais survivre et qu’elle a galéré durant des années avec moi et ma santé ….
Comme elle me dit c’est difficile de me parler car elle ne sait pas quoi me dire et a tellement peur de faire une gaffe, une parole maladroite, alors je vous rassure, je me rend compte que vu mon état je ne laisse rien passer, que c’est dur pour les autres de communiquer avec moi, je le sais mais c’est comme ça….

3 réflexions sur « Les autres et leur remarque… »

  1. Oui, c’est comme ça, chère Zabou, et tu as toutes les raisons du monde -et les plus légitimes- d’en vouloir à la tertre entière.
    Tu es encore dans la phase la plus douloureuse et délicate. Tu as besoin de temps pour vivre le deuil.
    Les autres, on s’en fiche. Ils comprennent/comprendront. Ce qui importe, là, aujourd’hui, c’est ta santé. C’est toi et ton chéri.
    Courage, encore courage (et tu en regorges déjà tellement !).
    Je pense fort à toi.

  2. zabou tu es en pleine période de deuil. Il faut du temps, même beaucoup de temps pour accepter la situation. Les autres (celles qui n’ont jamais galéré pour avoir des enfants) ne peuvent comprendre, tes sauts d’humeurs.
    Je pense à toi, prends soins de toi et de ton homme.
    biz

Répondre à langoustine78 Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.