Au point mort

J’avais écris pour les un an du décès de mon Tom mais je n’ai pas posté, a quoi bon ? je passe mon temps a me rabâcher de toute façon, il me manque tellement mon Titi, mon Alex et mon Gabriel, est ce que j’ai avancé depuis tous ces longs mois ? je n’en ai pas l’impression, j’ai l’impression que c’était hier. Demain c’est mon anniversaire, youhouuuu depuis que j’ai commencé cette « pma » qui a ruiné ma vie, je hais mon anniversaire, cette horloge biologique qui tourne, je disais a mon chéri tout a l’heure que Tom aurait du être la pour mon anniversaire et dans ma tête je pensais que ça ne faisait que quelques mois qu’il était parti alors que ça fait 1 an et 1 semaine, ouais une année qui est passée, on ne l’a pas vue, pas vécue, on subit ces jours qui passent et se ressemblent.

Ce calvaire de vivre sans nos enfants, de voir ceux des autres, je me coupe au maximum de toute vie sociale, je ne vois que ma meilleure amie, et ma famille très très proche soit 6 personnes au grand max et c’est tout, j’essaye de me protéger comme je peux, des femmes enceintes, des nouveaux nés qui me lancent en pleine tête que mes enfants sont décédés, oui mes 3 enfants…des indiscrets aussi…j’arrive pas a voir ma propre famille plus éloignée car j’ai ce sentiment de honte oui de honte, d’incapable, puis ils seraient pas forcément a l’aise vis a vis de moi quoique chacun fais sa vie et ça ne les a pas empêchés de s’éclater a Noel l’an dernier durant notre absence. Je ne sais pas expliquer ce sentiment,je fuis les grandes réunions de famille depuis plus d’un an et demi….de toute façon ils ne me comprendraient pas, ne ressentiraient pas notre si lourde peine…
Je ne travaille toujours pas, je ne suis pas apte selon le psy tant pour le coté physique que moral, ça me rendrait malade d’y retourner de toute façon. Depuis que j’ai cessé de travailler soit 2 ans puisque j’ai enchainé mes 2 grossesses et mes deux congés mater,j’ai appris par mes chères collègues que les commérages à mon sujet vont bon train, eh oui même dans le pire des malheurs, les gens ne se gênent pas pour faire passer le mot à tous, quelle belle mentalité, même loin du bureau, je ne suis pas épargnée, c’est tellement marrant de raconter la vie des gens,  » tu te rends compte zabou a perdu 3 bébés, c’est pour cela qu’elle vient pas bosser depuis si longtemps, et j’en passe . Ils me donnent envie de vomir…
On a été au rendez vous PMA fin aout, que j’ai regretté d’y avoir été, je me demandais ce que je faisais devant cette femme qui a finit de m’achever en me disant que ce n’est pas dis que je sois de nouveau enceinte (oui vu qu’on on a touché mes ovaires après mes abcès ovarien, ma réserve ovarienne pourrait en avoir pris un coup, comme si je n’en étais pas consciente, c’est la première chose que j’avais demandé a dr G le lendemain de la chirurgie mais pour lui, je n’avais pas de soucis a me faire, de toute façon comme il m’avait dit, on avait pas le choix mais n’avait pas procédé a d’exérèse pour préserver ma réserve ovarienne ) puis pour elle comme si je ne le savais pas suffisamment, que ce serait le début d’une LONGUE aventure, qu’on ne peut en connaitre l’issue (ha bon non ?) que ce n’est pas dit que le cerclage définitif fonctionne malgré ces 95 % de réussite ( c’est vrai il y a 5 % d’échec pas forcément du au cerclage soit dit en passant)…ouais comme ci je ne le savais pas, je suis ressortie un peu plus dépitée, avec une liste d’examen a faire (hysteroscopie, écho a J3 et prise de sang, ça m’a achevé et c’est peu de le dire …comme ci je n’en avais pas eu suffisamment ) en me disant en partant que ce serait bien que je reprenne le travail pour avoir « une vie normale ». Merci pour le conseil mais vu son comportement si peu humain, ça m’a enfoncée encore plus, comment pourrait elle me comprendre ? le psy était choqué, bien plus humain que cette femme, pourtant dans ce domaine, il me semblait qu’une femme était censée l’être plus qu’un homme, comme quoi … en bref j’ai été très déçue de ce rendez vous qui nous a servis a rien, à part m’infliger des réflexions réalistes certes mais déplacées a mon gout…. vais-je recommencer une fiv ? la est la question depuis des mois, le sujet permanent avec le psy, tourmentée entre l’envie d’un bébé en bonne santé et l’envie de tout arrêter car mon corps n’en peux plus de tout cela et je me sens si faible, prête a pleurer a chaque instant, mais je sais que mon mari aimerait tant ce petit être qui nous comblerait de bonheur mais qu’il est prêt a tout arrêter si tel est mon souhait, il a tellement eu peur de me perdre et en a marre de me voir prendre des traitements et faire des examens sans cesse…j’ai arrêté les antidépresseurs depuis 15 jours forcement c’est pas le top, je me tâte a les reprendre, à la place j’ai du xanax ou lexomil.
Hier j’ai validé mon tatouage, la seule chose qui me fait tant plaisir, il correspond a ce que je voulais mais je n’aurai pas imaginé en faire un si mes enfants auraient été auprès de moi…bientôt ils seront gravés dans ma chair, c’est si important pour moi.
Voila ou j’en suis …toujours aussi paumée avec la certitude maintenant qu’il faut qu’en plus que je me trouve un autre boulot, comment retourner a travailler avec des cons pareils ? et un problème de plus, un…pour le psy je dois laisser ce problème de coté pour le moment.
Un merci a Toutes pour vos messages ( notamment Julys), ça me touche beaucoup même si je ne prend pas le temps d’y répondre, je vous lis toujours, merci a vous…

8 réflexions sur « Au point mort »

  1. Après la perte de mon fils il m’aurait paru impossible de retourner travailler là où je bossais, alors même que mes collègues étaient bienveillantes, simplement je n’aurais pas pu, je ne voulais pas recroiser « les gens d’avant », ceux qui m’avaient vu enceinte, à qui il aurait fallu expliquer ou de qui il aurait fallu supporter les regards de pitié (heureusement j’étais en fin de contrat). Alors je comprends que tu ne veuilles pas y retourner, surtout sachant que ça bave dans ton dos.
    Quand tu te sentira prête, cherche ailleurs, ça pourrait même être l’occasion d’entamer une formation, de changer de voie…
    Quant à la gynéco, si tu ne la sens pas, n’est-il pas possible de voir qq’un d’autre ? Après un tel parcours l’humanité des soignants qui nous accompagnent est primordiale…
    Tu as arrêté les antidépresseur, c’est sans doute une étape délicate mais j’espère que ça t’apportera un nouveau souffle. Ce tatouage, ça sera un bel hommage pour tes enfants, une belle façon de les avoir toujours « dans la peau ».
    Prend soin de toi surtout.

    1. Oui choco-not même si me retrouver sans travail me terrifie énormément, je ne me vois pas faire face à leur pitié ou à leur gêne. Ce sera soit l’occasion d aller dans une autre boîte ou encore mieux de faire une formation pour changer de domaine, je n’en suis pas la mais y retourner me paraît impossible.
      Pour la gygy pour le peu que je la vois je ferai avec si je reprend…choix tellement difficile à faire. En tout cas merci pour ton post. Toi aussi prend bien soin de toi, de vous.

  2. Zabou… Je pense tres souvent à toi, et chaque post que je lis me rassure autant qu’il me fait mal aux tripes… Face à ta douleur et ton courage (si si) je me sens bien impuissante… Et que dire des commérages malsains et d’un soignant si peu empathique… (Et le mot est faible).
    Je n’ai toujours pas les mots qui « consolent » (le
    Mot me semble si mal choisi mais je n’en trouve pas d’autre… ?) ni les mots qui « réparent » mais sache que je suis de tout cœur avec vous et que tu es une femme exceptionnelle…
    Je t’embrasse bien fort ❤️

    1. Merci carotte de penser à nous….Ça me touche ! Profites bien de ta grossesse j’ai été contente de l’apprendre via ton blog. De gros bisous et prend soin de toi et de bébé.

  3. Moi aussi je suis contente de lire de vos nouvelles, même si elles restent douloureuses.
    J’aimerais tant que l’horizon s’éclaircisse pour vous!
    On parlait GPA à la maison hier soir, on se disait que la question est complexe et que l’interdire pour ne pas légiférer au cas par cas n’est pas la solution (mais je ne peux pas m’empêcher de penser à vous…)
    Bref, je vous souhaite le meilleur, j’espère que tu passeras nous faire signe de temps en temps, c’est ton espace ici et on est là pour te lire et partager avec toi.

    1. Merci banane pour ton commentaire, je ne cesse de penser a la GPA qui serait LA solution pour nous…je ne fais qu’en parler au psy seulement nous n’avons pas les moyens de le faire (100 000 euros au US ou 80 000 au canada) puis si après l’enfant n’est pas reconnu en France. Je pense que le cas par cas s’imposerai comme pour les femmes qui n’ont plus d’utérus…Malheureusement en France ce n’est pas près d’évoluer dans les années a venir a notre grand désespoir.

  4. Contente de te lire à nouveau Zabou.
    Tout comme Choconot après la perte de nos Petits je n’ai pas pu retourner sur mon lieu de travail. D’autant plus quand les collègues se permettent de balancer des réflexions. C’est incompréhensible ces réactions. Je crois que les gens « aiment » parler du malheur des autres.
    Pour la gynéco, pour l’empathie on repassera. Ce ne sont pas les mots qui soulagent et qui consolent. Prenez tout le temps qu’il vous faut pour prendre la bonne décision et quelque soit votre choix, ce sera le vôtre (et le bon) et peu importe les conseils des uns et des autres.
    Prends soin de toi Zabou, penses à toi, à vous et continues à nous donner de tes nouvelles.

Répondre à Banane Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.